Marionnettes Kokoschka / Lettres de poilus / Lycée Jean de la Fontaine – Chateau Thierry /

LETTRES de POILUS

Le film « lettres de poilus » s’est bâti sur la proposition faite par le marionnettiste Guillaume Lecamus de travailler sur des marionnettes Kokoschkas. Les Kokoschkas doivent leur nom au peintre autrichien Oscar Kokoschka. Celui-ci, par dépit amoureux, avait demandé à une marionnettiste de lui fabriquer une poupée grandeur nature, de la femme qui l’avait quitté.Les kokoschkas sont des marionnettes qui associent un petit corps fabriqué à un comédien qui prête son visage et manipule les mains de la marionnette. L’assemblage, disproportionné, donne une un résultat surprenant et comique.

Les trois films ont été écrits sur la base de lettres de poilus, ces lettres sont autant de témoignages des terribles et tragiques conditions de vie des soldats sur le front. L’assemblage comédien / marionnette permettait d’amener de l’incarnation tout en gardant une forme de distanciation. Il y a donc une double dimension, manipulation de marionnette et jeu d’acteur.Les élèves se sont totalement prêtées au jeu, créant des personnages de poilus, capitaines, femmes de soldats, drôles et touchants.

Poilu 1 Poilu 4

 

 

 

 

 

 

 

Pour ramener un peu plus d’incarnation à ces corps en mousse le choix a été fait que les mains des personnages seraient celles des comédiennes, cela facilitait également l’interaction avec les objets. Il a fallu tourner avec un fond noir, pour occulter un peu plus encore le corps des comédiens, cachés derrière les marionnettes. Les costumes sont importantissimes, ils donnent vie et authenticité à la marionnette. Madame Nicole Hallier, leur professeur s’est absolument investie dans ce compartiment du travail.

Poilu 3                                   Ensemble 3

Afin de ramener une dimension réaliste aux scènes l’idée a été proposée de projeter des images avec un vidéo projecteur pendant les prises de vue. Soit des images fixes, qui fonctionneraient comme des décors, soit des images en mouvement, pour le film « matin calme », par exemple, des images d’archive d’aviation de 14-18 ont été utilisées.

Trois lettres ont été choisies, leur ton varie, entre cauchemar, tristesse et humour. Un regard décalé et touchant sur cette période tragique de l’histoire.

Voici deux petits films qui vous permettrons de voir la fabrication/tournage de ces petits films ( cliquer sur  Img 6047 et Img 6045 )

IMG_6047                                                                        IMG_6045